Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 16:07

l'arbre

 

MANGER LA RACINE

 

La révélation sur l'impénétrabilité de l'Agapë Pistis débute ainsi : Le hurlement de l'archigéniteur au milieu de l'abîme insondable se forma en deux espèces d'arbres jumeaux qui prirent naissance en garde des deux puretés inférieures dans le Gan Êdén. La première pureté, errante au-dessus du jardin de la matière, prit de sa main vertueuse, toute en crachant contre l'Oudaidi des puissances sirupeuses et perverses, le rameau du coeur fleuri en forme de serpent de chair de l'arbre à droite dont le nom est Âgnoia ou "ignorance unit à l'intelligence lumière" vu que Yaldabaôth le démiurge jaloux là qualifié "d'arbre de la connaissance du bien et du mal", et dit à sa bête : "mangeons le bien, puisqu'il est beau". Mais la créature rousse, s'éleva des cendres dénudées de son rêve et gloussa à la pureté : "tu touche à l'irréparable conscience et à ses infâmes bourgeons sombres et luisants qui pendent comme de longs reptiles entrelacés d'éclaires brûlants de délices : ils sont la pitance de l'aigle véritable, l'autogénéré. Ne connais-tu pas ?" La deuxième pureté qui combattait de sa main gauche l'Arbao démoniaque, frère de la puissance visqueuse de droite, vit le grotesque sacrilège tout en mordant jusqu'à la sève une branche du second arbre en forme de serpent d'airain, dont le nom est Aiônios ou "éternité unit à l'engendrement mortel" vu que Yaldabaôth le démiurge jaloux là qualifié "d'arbre de vie", et souffla aux sentinelles du cosmocrator noir, les myriades de mouches insensées : "quelle laideur cette infamie indiscernable, donnons-lui le nom, puis mourrons". Comment ? s'exclama la mouche à reflets, Kaïn mère des ténèbres, en repoussant la créature ronde qui couvrait de ses six ailes sa partie honteuse enviée par le démon Bathinôth. Tous s'étonnèrent de cette nouvelle langue, de ces nouveaux mots, qui claques au vent. Tous s'incorporèrent à ce magma de matière insupportable que constituait les huit-cent-mille arbres du Gan Êdén. Leurs regards furent perdus. Au loin, dans les hauteurs étoilées de l'ogdoade, scintille un germe imbibé de puissances enveloppées de lumière. C'est Sophia, la génitrice de foi en pleine repentance qui sourit à l'immortalité de l'amour incréé.

 

enseigne du vieux-chene à Paris

 

Enseigne du Vieux-Chêne au 69 rue Mouffetard du cinquième arrondissement de Paris.

Partager cet article

Repost 0
Published by the visionnaire - dans mystères
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : the visionnaire
  •  the visionnaire
  • : Arts et Mystères initiatiques
  • Contact

Recherche