Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 18:06

the last station

 

L'ÉCRIVAIN MYSTIQUE

 

La comtesse SOFYA ANDREÏEVNA (Helen Mirren) épouse aimante et dévouée du comte et célèbre romancier russe LEV NIKOLAÏEVITCH LÉON TOLSTOÏ (Christopher Plummer), voit ses 50 ans de mariage et d'engagement s'écrouler soudain sous ses pieds. Au nom de sa nouvelle religion le grand écrivain est en effet prêt à renoncer, non seulement à son titre de noblesse, mais aussi à tout ses biens matériels et intellectuelles, décidé à terminer ses vieux jours dans la pauvreté, l'austérité et la chasteté, en ermite christique, en léguant ses droits d'auteur au peuple russe plutôt qu'a sa famille. La comtesse SOFIA indignée et révoltée décide de se battre, aidée par le nouveau secrétaire de son mari, valentin (James MCAVOY). Le film de Michael HOFFMAN, Le don du roi (1995), le très mauvais Songe d'une nuit d'été (1999), Le club des empereurs (2002), nous sert un Biopic acceptable, avec un casting haut de gamme, de belles images ainsi qu'une reconstitution historique crédible sur les dernières année de la vie de TOLSTOÏ, pour le centième anniversaire de sa mort. Marié en 1862 à l'âge de 18 ans avec l'écrivain, SOPHIE lui donnera 13 enfants, dont 5 meurent en bas âge. Elle a dédiée sa vie entière à celui qui fit des études de philosophie et de droit à KAZAN (russie) puis qui s'engage officier dans l'armée au régiment d'artillerie (Guerre de CRIMÉE 1854-1855), dont il détaillera le siège et ses champs de bataille dans les CROQUIS (la ville) DE SÉBASTOPOL. il parcourra la suisse puis l'Europe. l'auteur des deux grands chefs-d'oeuvre de l'histoire de la littérature mondial, GUERRE ET PAIX (1869) et ANNA KARÉNINE (1877) est dégoûté du "matérialisme" de l'européen bourgeois (il rencontre Pierre-joseph PROUDHON (1809-1865), tourmenté par son propre privilège de sa position sociale face a la pauvreté du peuple et les enseignements donnés par jésus de NAZARETH dans le sermon sur la montagne (MATTHIEU 5-7), influencé par les idées pédagogiques du philosophe jean-Jacques ROUSSEAU (1712-1778), expérimente une éducation libertaire pour les enfants, dans son école (1859) à IASNAÏA POLIANA (la clairière aux frênes) à 200 Km de MOSCOU, sa grande maison aux 32 chambres dont les nazis tenteront de détruire par le feu en 1941, accolée à 400 hectares de jardins et de forêt. Publie "LE ROYAUME DE DIEU EST VOUS" (1883) une critique virulente de la violence d'état, du service militaire, de la guerre. Son œuvre sera interdite par la censure dès sa parution. il écrit en (1897) l'essai QU'EST-CE QUE L'ART ? une critique radical de l'art contemporain.

 

Sophia et Tolstoï

 

il est excommunié par un décret du saint SYNODE de l'église ORTHODOXE le 24 février 1901 après la publication de RÉSURECTION (1899), le lecteur de PASCAL (1623-1662) et de SIDDHARTHA GAUTAMA LE BOUDDHA (VIème siècle), aux techniques d'analyses psychologiques très fines, à la philosophie moral exacerbée, ancien militaire respecté mais toujours "comte", condamnera l'état : "il ne peut être chrétien et l'homme qui veut être chrétien ne peut servir l'état", rejetteras l'autorité de l'église, à qui il reproche d'être un christianisme traître envers jésus de NAZARETH, par ses dogmes et ses rites de superstitions qui nuit à l'éclatement de la vérité, causes principales du désaccord entre les hommes, produisant la violence, l'immobilité, les guerres, la haine, et la mort. Préconise le pacifisme et la non-violence contre l'Armée qui apprend à tuer, influencera la pensée du MAHATMA (grande âme) MOHANDAS KARAMCHAND GANDHI (1869-1948) avec qui il entretiendra une correspondance passionnée jusqu'à sa mort, la célèbre LETTRE A UN HINDOU (1908). GANDHI dira de lui : "c'était l'homme le plus véridique de son temps". Impressionné par sa rencontre avec les DOUKHOBORS (Lutteurs de l'esprit saint) membres d'une communauté chrétienne pacifiste et végétarienne du prédicateur DANILO FILIPOV (XVIIéme siècle) dont il financera, en parti, leurs émigrations au canada contre leurs persécutions par le gouvernement RUSSE, il prône l'abandon des possessions de propriété privée pour un communiste chrétien, voir une pensée semblable à celle de MIKHAÏL ALEKSANDROVITCH BAKOUNINE (1814-1876) fondateur de l'Anarchisme (Le catéchisme révolutionnaire (1865), La révolution sociale ou la dictature militaire (1871), Dieu et l'état (1882), il se déclare Anarchiste chrétien et clame :"L'amour n'est L'amour que lorsqu'il se donne lui-même en sacrifice". En rejet face au progrès industriel, sa "non résistance au mal par la violence" et son appel a la désobéissance civile passive, son apologies de la vie authentique des gens simples (il reconnaît les MOUJIKS paysans comme l'âme de la nation RUSSE), sa morale des évangiles, en fait un maître spirituel du 19ème siècle hanté par le néant hors de dieu. Sa propre famille reste hostile à son enseignement. seule sa plus jeune de ses filles, ALEXANDRA (1854-1936) lui restât fidèle. Son premier secrétaire et écrivain VLADIMIR GRIGORIÉVITCH TCHERTKOV (1854-1936) met en place le mouvement TOLSTOÏEN, fit de POLIANA une nouvelle jérusalem socialiste, ou les pèlerins de tous bords venait se recueillir et travailler la terre, les champs. Le mouvement va s'étendre dans toute la RUSSIE. Cet homme est décrit par SOPHIA (journal autobiographique 1862-1897) comme un fanatique, au despotisme étroit, essayant de détruire sa relation avec son mari et de détourner ses droits. C'est cet aspect que le film du dernier automne de tolstoï "THE LAST STATION" (la dernière gare) traite avec une facture plutôt classique, à la musique sirupeuse tirée d'un roman de JAY PARINI (une année dans la vie de tolstoï 1990). L'écrivain mystique russe s'enfuit en pleine nuit le 28 octobre 1910, de sa maison devenue un sanctuaire religieux, sa femme lance la police à ses trousses. En cavale et errant sans but vers le CAUCASE avec sa fille ALEXANDRA et un ami docteur, brûlant de fièvre et malade, la grande âme russe s'effondre dans une petite gare ferroviaire, en pleine campagne, celle d'ASTAPOVO. La nouvelle  se répand très vite dans tout le pays. Sa dernière demeure est assiégée par les journalistes. il refusera de voir son épouse sur son lit de mort, le film en donne une interprétation plus nuancée; il décède d'une pneumonie a 6 h 05 du matin le 7 novembre 1910. Des dizaines de milliers de paysans défilerons à son enterrement. SOPHIA lui survivra 9 ans, décédant en 1919, ayant lutté jusqu'au bout pour sauver sa maison (POLANIA deviendra un musée d'état) et sa bibliothèque de 22000 volumes. Elle a sacrifié sa vie à son mari et a sa famille.

 

Tolstoï et sophia

Partager cet article

Repost 0
Published by the visionnaire - dans cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : the visionnaire
  •  the visionnaire
  • : Arts et Mystères initiatiques
  • Contact

Recherche