Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 17:37

le livre mystérieux 2

 

L'ÉCRITURE MAGIQUE

 

Après avoir tenté d'expliquer les significations des énigmatiques figures reproduites au chapitre XIV du livre mystérieux sans titre, nous allons tenter la description de deux autres vignettes contenues dans la section suivante (pages 398 et 401) qui se démarque du précédent par une absence complète de texte d'apparence lisible, d'introduction ou de titre. Ce chapitre XV est constitué d'une série de trente-quatre pages à deux faces, où sont apposés en lignes horizontales, des sortes de cryptogrammes ésotériques aux styles bouletés, dont la compréhension nous est inconnue, bordant plusieurs dessins encadrés qui jaillissent de ce fourmillement manuscriptique. Les deux illustrations à éclaircir sont définies en ordre par une bordure carré et rectangulaire. La première est d'un fond d'une teinte orangé, sur lequel s'inscrit une sorte d'équerre à 90° d'ouverture, peinte en rose, ou bien, la majuscule en capitale (latin) "L", transpercée par deux flèches dont les pointes rectangulaires s'élèvent vers le haut, la plus grande est colorée de rouge Garance, leurs pics respectifs en marron. Le côté droit du plus grand projectile est occupé par trois grandes voyelles, des A(s), disposées verticalement, les unes sur les autres, dont les deux dernières ont leurs sommets opposées qui assemblés forment un X, puis deux triangles superposés avec leurs bases se terminant par un trait où s'accrochent un cercle et un Angle. A gauche du grand Él, un pentacle chargé de couleurs vives se hisse à sa tête, une de ses branches, cinq A enlacés, se termine par un S (esse) où une queue boulée semble vouloir se placée sur un empilement de fourches à trois dents, ou alors, quatre demi-cercles empalés sur une tige, le chiffre quatre étant inscrit sur son bord suivi d'un Zéro. Une grande fantaisie anime ce petit dessin qui constitue un sceau magique (pas très Catholique) pour des interventions secrètes et hermétiques. Une images semblable est située en haut de la page 522 du chapitre XXI. Une en-tête d'un court texte écrit en minuscules, dont voici la transcription la plus convenable : " Au nom de l'Archiprêtre d'Opélia et de son frère l'ARCANON compagnon Élu et chef des principautés Astrales, nous déposons sur l'Autel très saint du sanctuaire de l'APRACA Numirius +Gloria-Mer-Hagla+, les sceaux authentiques des 4800 Anges du commendeur aux quatre-faces, l'ARGONTUS des neuf sphères-soeurs divines, pour instructions et opérations aux fidèles de la ROSA+MINA "d'El Roca", l'Athanor-Onoel des trois Ânes, prolongées des 6 signatures dit "de quatre T" des protecteurs A.A.L. De part ces signes nous conférons toutes puissances au nom de D. et sa parfaite gloire lumineuse émanée des six Mondes qu'il forma par ses six lettres pour le rétablissement de toutes choses. Hoé, Horé, Amen, HA !" Puis en marge de ces lignes obscures, l'introduction du chapitre XXI, dont l'écrit est d'une encre rouge presque effacée : "Procédé secret et admirable pour la fabrication chymique de l'ombre du sel de Mercure appelé soleil de sang" suivie de "Les 13 recettes pour cuire l'homoculus par l'eau des philosophes",  A LYON 1781 libraire du Roy vert. Poursuivons en mettant de biais cette curieuse petite vignette pour nous intéresser à la deuxième image, qui a l'avantage de nous situer dans un univers familier, moins fréquentable, peut-être, mais tout aussi riche de surprise. Sur un arrière-plan bleuté, un oeuf remplit de blanc cassé au contour souligné de rouge, dispose d'un oeil frontal grand ouvert, en dessous d'un point noir d'où semble s'échapper des rayons lumineux à deux nuances. Le germe se détache du centre de deux serpents aux corps dressés qui se font faces, la gueule ouverte. L'un à gauche est complètement noir, l'autre à sa droite est jauni et pourvu d'une pupille. La partie inférieure de l'oeuf est piquée d'un hexagrammequi lui sert de corps (son centre est dominé par un S) dont chacun des trois derniers membres se terminent par une croix. En-dessous de la queue du serpent noir, on y retrouve les trois mystérieux A(s), le zéro et l'arbre à fourches, puis la treizième lettre de l'alphabet latin, le M majuscule rempli d'orangé, surmonté lui aussi d'un oeil à sourcils. Ce M est dans son édifice, relié par des points, ensuite, deux S sont couchés sous ses deux pieds. Sur sa droite un symbole ésotérique, composé d'un cercle d'où émerge deux cornes (des traits), à son sommet est fixée une double croix à branches horizontales de longueurs différentes : l'Archiépiscopale. A suivre.....

Partager cet article

Repost 0
Published by the visionnaire - dans symbole
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : the visionnaire
  •  the visionnaire
  • : Arts et Mystères initiatiques
  • Contact

Recherche