Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 17:02

jean Alais église de saint-eustache paris 75001

 

LA BONNE FORTUNE

 

Au numéro 1 de la rue Montmartre en pleine mégapole Parisienne (1er arrondissement), on peut y voir fixée au mur de l'église (1532-1640) de Saint-Eustache côté gauche, une étrange plaque portant un médaillon en forme de poisson avec une légende inscriptive, au-dessus d'une porte basse à deux battants qui ouverte mène à une petite crypte (la sacristie). C'est un bas-relief provenant d'une ancienne chapelle, qui en mentionne la construction vers 1213 par un certain gentilhomme parisien du nom de Jean Alais. Celui-ci fut un commerçant et marchand de poisson, maître et chef des joueurs de moralités et farces (cérémonie théâtrale (mystères) emprunt de croyances populaires, des représentations "vivante" de la passion du seigneur Yeheshua-Christos), lui-même compositeur, poissonnier attitré du capétiens : Philippe Auguste (1165-1223) fils de Louis VII. il fit bâtir les premiers édifices du marché des Halles en 1181 pour des tisserands et marchands de vin et demanda au Roy, un empreint d'argent. Pour être remboursé de cette somme accordée, Jean Alais, en grand bourgeois, demanda à Philippe De France d'imposer d'un denier (une pièce d'argent) chaque panier de poisson qui se vendait aux Halles (acheminé par les Mareyeurs du nord sur leurs chasses-marées). Par ce taxage, il se fit grandes richesses. Cet homme sobre et chaste, très heureux de ce flux d'argent nouveau, fit édifié (IVème siècle) une chapelle (oratoire) dédiée à sainte Agnès (agni) de Rome (290-304) pour l'intention de sa pureté. Cette pauvre petite femme vierge et martyre catholique eue la tête coupée à l'âge de 13 ans. Agnès (du Grec, chaste et en Latin : brebis) fut demandée en mariage par un affreux païen du nom de Procope, fils du gouverneur et préfet de Rome : Symphrone. Mais elle était épouse dans son coeur du Christos-Yeheshua divin, maître de l'univers. Sa chasteté scellée à jamais, chrétienne dans son sang. Devant son refus très fâcheux, on l'enferma dans une maison de prostitution pour la salir. Un grand miracle survaint : ses cheveux poussèrent abondamment à une vitesse sidérante, servent de vêtement à son petit corps virginal. L'horrible Procope, fou de colère, les lui firent coupés à l'aide de faucilles. Un ange (Gabriel) qui l'a protégeai, tua par l'épée l'éconduit. Elle fut alors, publiquement traînaillée nue dans les rues par la foule enthousiasme, entravée à des chaînes de fer, fouettée férocement jusqu'à plus sang, drapée ensuite d'une longue robe blanche (rouge) imbibée d'eau salée. Elle fut décapitée et brûlée en place publique comme une bête endiablée. Ses restes carbonisés furent recueillis par Emérentienne (émerance) sa soeur nourricière qui fut alors lapidée à coups de cailloux dans le ventre. La chapelle dédiée à la sainte fut terminée vers 1217. Mais, un marchand rival fit abrogé la dicte imposition, pour s'en approprié le système. Jean Alais s'en afliga, son âme en fut chagrinée. il en mourût de regret après avoir exigé d'être ensevelie près de la dite chapelle, en dessous (égout) d'une longue pierre allongée qui servait de pont par temps de mauvaises pluies dans cette rue qui se terminait en queue de poisson où le haren était roi. La plaque à l'écusson serait la seule trace de l'emplacement de sa sépulture. la chapelle fut détruite au XIVème siècle, ses fondations sont visibles à l'intérieur de la crypte de l'église gothique qui prit sa place avec l'arrivée des reliques du vénérable Saint-Eustache (118) de Rome, Saint martyr (lui aussi) de l'église catholique. Un curieux bonhomme que ce Placidas, d'origine mystérieuse, officier général dans l'armée impériale romaine de Trajan (53-117), qui partit en septembre dans les montagnes de Guadagnolo près de Tivoli, avec son escorte de fidèles soldats, chasser le cerf, ce roi de la forêt et ennemi vital du serpent (vipère). Au milieu d'un troupeau, il vit un très beau spécimen, grimpant, à l'allure extraordinaire et lumineuse. Le noble animal des bois est un cerf blanc, onglé, avec une tête aux bois ramés d'où est fixé en son centre, un crucifix avec une figure du Yeheshua-christ qui s'adressa à Placide bien décidé à le traquer jusqu'à la mort, d'une grande voix : "pourquoi me poursuivre ? je suis Jésus que tu honore sans le vouloir ni le savoir." Le cerf crucifère ordonna à l'officier éberlué par sa vision, avant de s'élancé, de se faire baptiser et de revenir au même endroit le lendemain. Placide (serein) devint Eustache (eusthate, stable) devant le baptême, sa femme Théopista et ses deux enfants Agapet et Théopiste. Part la suite leurs serviteurs furent décimés par une peste noire mortelle. ils furent dépouillés de tout leurs biens par les usurpateurs, puis adjugés comme esclaves et séparés. Après bien de douloureuses et cruels aventures, toute la famille enfin réunie dans l'épouvantable malheur, fut condamnée après avoir été copieusement flagellée, a rôtir vivante, enfermée dans un boeuf d'airain incandescent, chauffé à blanc. Leurs hurlements hideux d'agonisants résonnent toujours dans le ciel. Le corps d'Eustache ne connut pas la grillade à point. il fut épargné par le miracle en devenant saint et patron des chasseurs, donnant son nom (et ses restes) à cette l'église reconnut comme l'un des plus beau monument de la capital de France. Dans cet édifice à la décoration de style renaissance, se fit baptiser la très belle maîtresse et favorite de Louis XV : Jeanne-Antoinette Poisson (marquise de Pompadour, 1721-1764). On dit d'elle que la première coupe de Champagne inventée, fut moulée sur son sein gauche. En 1684, on découvrit Rue Coquillée, dans un jardin privé qui servait à l'édification de l'église, une tête de jeune femme en bronze surmontée d'une grande tour à 6 faces (évoquant la cité qu'elle protège) : La déesse (de la terre) Phygienne nommée : Cybèle (Damia). il fut un temps où Paris était Terre sacré.

 

église Saint-Eustache et sa crypte paris 

1, rue Montmartre 75001 Paris Métro : Les Halles, ligne 4

Partager cet article

Repost 0
Published by the visionnaire - dans symbole
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : the visionnaire
  •  the visionnaire
  • : Arts et Mystères initiatiques
  • Contact

Recherche