Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 15:22

Le rémouleur PARIS

 

GEDEMUS

 

À l'angle des Rues de JOUY (numéro deux) et de FOURCY, on peut admirer la représentation en bas-relief, d'un rémouleur ambulant, en plein quartier du Marais (Saint-Paul) côté Seine dans le quatrième Arrondissement de PARIS. L'aiguiseur porte un tricorne (chapeau du XIIIème siècle), une redingote style louis XV (manteau de pluie), des bas tirés sur ses mollets, il est assis sur un bâti en bois où est fixée une meule et d'une main semble affûté une lame et de l'autre brandir un verre à pied, peut-être rempli de vin. Son socle porte l'inscription "De La Rue Des". il s'agit de la copie d'une des plus antique enseignes parisiènne en pierre sculptée, probablement d'une échoppe à vin (une Auberge à tripots de jeux, un hôtel à boissons), provenant d'une maison construite en 1767 qui se trouvait au numéro cinq de l'angle formé par les rues Des NONNAINS-D'HYÈRES et de l'hôtel-de-ville dont le lieux fut entièrement détruit vers 1900. L'originale qui était peinte en polychromie se trouve exposée au Musée du PARIS historique CARNAVALET (troisième Arrondissement). Cet Artisan et commerçant ambulant parcourait les allées des villages et les rues des grandes villes avec sa charrette ou brouette à meule qu'il poussait devant lui, porté parfois à même le dos par des bretelles, sur sa carriole ou son triporteur, La Remouleuse, un banc où était fixée la pierre aiguiseuse, la retape, une roue de grès actionnée au pied par une pédale (comme la "DEUFA" et sa grande roue de 1,30 mètre de diamètre), ou un volant à bras, la meule abrasive tournante, humidifiée par un petit réservoir remplie d'eau (le goutte a goutte), parfois immergée au quart dans une gorge, qui affûte tous les ustensiles et instruments tranchants comme les lames des couteaux et ciseaux des ménagères, les outils des boutiquiers, les poignards des brigands, les épées à mousquetaires, les rasoirs à mains, les faucilles des travailleurs des champs, les serpes et haches des menuisiers etc.., protéger de son tablier de cuir, il repassait les accessoires usés. Pour s'annoncer auprès de la populace, il raclait une ferraille sur sa meule, tintant et agitant une cloche, frappant une enclumette (d'horloger) d'un marteau en criant "rémouleur, rémouleur, rémouleur, repasse couteaux, repasse ciseaux !" C'est un crieur de passants au devant des maisonnettes et des immeubles, cognant à chaque porte ("la chine") demandant du boulot à son ouvrage, vendant à l'occasion, des lacets, des lunettes à "verres de fenêtres",fil, aiguilles, il est aussi un vendeur Bric-Brac, sa devise est : <argent mi doict gaigne petit> soit "argent me donne, gagne petit". Les tziganes et les membres de la mystérieuse tribu des yéniches étaient les principaux représentants de ce petit métier Populaire. Lors de la friction du métal à rectifié contre la pierre brut (a briquet) sorte de dissolvant alchimique, il se produisait des étincelles d'OR, particules de l'Hermétique pierre de pouvoir, celle qui roule. Le rémouleur est un bavard "SAVANT". il parlotait avec les gens des racontades du Temps, pour repasser un jour, donnant les nouvelles des régions voisines. il est le symbole même de l'honnêteté Artisanale, par son tranchant fiable, un repère. Son moulin à paroles était alimenté par le vin, comme les colporteurs et facteurs. Ce grand baratineur à discute est l'AMOULAIRE, du nom de LAÏEU, qu'il porte comme senton dans les crèches Chrétiennes du Peuple des provinces de FRANCE ( le retordeur de lame dormait et créchait dans les granges pour la nuit à la belle étoile ). il annonce la bonne nouvelle à forte voix aux traînards et autres villageois frileux, le soir de NOËL. il est généralement guérie, par le petit jésus, de son ivresse, de la pitié et fidèle présence auprès du Bon mot. Avec l'arrivée de la production industrielle massive et de l'évolution technologique Moderne, ce vieux métier (très pénible) à pratiquement disparu de l'Europe et le mystère réel du rapport organique de l'homme et de son labeur s'est évanoui dan la nuit électrique des grandes mégapoles, sur les autoroutes de l'accélération désirable du Grand Capitalisme inhumain, la consommation de l'avoir sans l'honnêteté. Un monde sans être, ni conscience, où l'autre est exclu, dans la grande accumulation, la course aux gagnes-millions. Au 23 Avenue de l'Opéra (1er Arrondissement), on peut y voir un autre rémouleur, bas relief authentique (1878) inspiré de l'oeuvre du peintre flamand et Franc-Maître de la corporation Saint-Luc, DAVID TÉNIERS II (1610-1690), une enseigne d'un grand magasin "AU GAGNE PETIT" aujourd'hui disparue. Sainte-Catherine d'Alexandrie (292-307) et sa roue dentée, est Patronne des rémouleurs.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by the visionnaire - dans symbole
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : the visionnaire
  •  the visionnaire
  • : Arts et Mystères initiatiques
  • Contact

Recherche