Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 21:20

FÊTE-DIEU 2011 PARIS

 

TRANSSUBSTANTIATION

 

La Fête-Dieu (CORPUS MOMINI, CHRISTI) est une cérémonie religieuse catholique Romaine qui commémore l'institution du très Saint-sacrement de l'Eucharistie. On sort alors de son église, l'aliment sacré, le corps et le sang précieux du Christ-Roi présent dans l'hostie-Sainte, 60 jours après la PÂQUE chrétienne, un deuxième Dimanche (ou jeudi) après la PENTECÔTE (France), par une procession solennelle, une marche publics à travers les rues de la ville, en son honneur, après la Grand'Messe (sacrifice eucharistique). Cette Fête, fait suite à l'incroyable proposition stupéfiante, celle d'adorer et de Manger-Dieu (communion) en plein air à la vue de tous, édictée par les visions mystiques éprouvées par Julienne de CORNILLON (1193-1258) religieuse Augustine, dont le PAPE URBAIN IV institua la célébration dans le calendrier liturgique, en 1264. Sainte-Julienne apercevait parmi ses vues surnaturelles, une lune rayonnante de lumière blanche et y observait une grande ligne noire qui la divisait en deux parties égales. Par une interprétation mystérieuse en l'An 1210, elle sut que l'Astre laiteux représentait l'Église Universelle militante et la partie noire, fraction manquante, le Festin (Fête) qui manquait à cette dernière. Cette réjouissance de la contemplation de Jésus-Hostie consacrée fut étendue dans tous les Pays chrétiens d'Europe (Italie, Espagne, Portugal Etc...) à tout l'Occident, au Monde entier. Elle est semblable à l'initiative du Roi d'Israël : SALOMON (970-931 Avant J.C), qui fit transporter l'ARCHE de l'alliance au Temple. Le Dimanche 26 Juin 2011, c'est la Procession (à 16 heures) organisée par l'église Saint-Nicolas-De-Chardonnet (messe tridentine) située dans le Vème arrondissement de PARIS, de la Fraternité SAINT-PIE X (fondé par l'ancien Archevêque-Evêque de TULLE (Corrèze 19) Marcel LEFEBVRE (1905-1991), qui a attiré mon attention face à la Tradition. La chair et le sang vivant du christ est convertis substantiellement dans l'hostie par la grâce de la Messe. Ce morceau de pain Enzyme (MATZA) change alors de substance mais reste de nature. Pendant sa bénédiction consacré, il est vraiment le corps et le sang de jésus le Dieu-Trinitaire crucifié. Pour communié avec son humanité-divine, il faut le manger et le boire ! Durant la Fête, l'hostie-viande du Seigneur est placée au centre d'un Présentoir ou Ostensoir solaire étayés de ses multiples rayons d'OR en gloires, dans un espace circulaire, une boite de verre ou de cristal, la LUNULE (petite lune), le disque lunaire, pour qu'il soit voyant de tous. Le tout est dressé sur un pied enveloppé d'un voile blanc de soie (HUMERAL), porté par un Prêtre, abrité sous un DAIS (baldaquin), un carré de tissus richement brodé et recouvrant, représentant la gloire de l'incarnation visible de dieu, sa SHEKINAH manifestée (protège aussi de la pluie), tendu par quatre colonnes (l'image d'un temple Tétrastyle, une tente d'Assignation) tenues par quatre ou six fidèles Laïcs (peut être éventuellement transporté sur un char tiré par des poneys ou des chevaux), entourés d'enfants vêtus de blancs, les Chérubins (Angelots), leurs petites têtes cerclées de couronnes fleuries, maintenant rubans d'une main et de l'autre tapissant le pavé des rues de pétales de fleurs multicolores, qu'ils sortent de leurs petites corbeilles d'osier biens remplies, comme les rameaux jetés sous les pas du MASHIA'H terrestre Jésus pendant son entré triomphale dans Jérusalem.

 

LA FÊTE-DIEU 2011 PARIS

 

Derrière le Roi, des enfants de coeur en soutanelles rouge, brandissent des cierges d'Autel, purifient et parfument sur leurs passages l'air empesté et pollué de la Capitale de FRANCE, avec leurs encensoirs naviculaires, suivis par des soeurs en habits, accompagnées dignement d'une dizaine de patrouilles de jeunes scouts, des clairières de louvettes, une compagnie de guides, des meutes de louveteaux, une troupe de scouts-marins, le pas emboîté par une foule nombreuses de fidèles exposant des étendards (coeur sacré et immaculé), des banderoles (croix-potencée), des drapeaux (national, coeur vendéen), entonnent des chants et des prières d'adorations au saint-mystère, des hymnes et louanges à MARIE (rosaire) mère du seigneur, des passants et quelques touristes étrangers, s'attroupent, ravis du défilé peu commun, d'autres vociférant des insultes et des crachats, que des hommes en habits ecclésiastiques, impassibles, bénissent. Un soleil de plomb brille de tous ses feux sur la longue procession des pèlerins dévoués au Souverain cosmique. ils suivent un parcours bien définie, accompagnés par les forces de l'Ordre. Leurs marches avait commencé Rue des Bernadins, leur église, puis traversant le Pont de l'Archevêché et son quai, direction les abords du Pont Saint-Louis et du Quai-aux-fleurs (quatrième Arrondissement), enjambent le Pont d'Arcole, obliquent de front le quai de l'Hôtel de la ville de PARIS, passent le Pont-Marie (en Arc) pour l'île Saint-louis, ils arrivent, au dessus de la seine, sur le Pont de la Tournelle dominé par un pilier (très laid), une sorte de missile en granite de 15 mètres surmonté par le statue de Sainte-GENEVIÈVE (423-512) Patronne de PARIS et des Gendarmes. Devant cette colonne (reconstruite en 1928), à l'autre extrémité du Pont, face à la cathédrale NOTRE-DAME (1164-1345) se tient l'autel stationnaire couvert de fleurs, érigé de six cierges très grandes. Le reposoir, tabernacle-table, (la montagne) est encensé (les nuages). il accueille la Très-Sainte Ostie, qui se découvre en hauteur, éclatante au travers des nuées en direction des croyants. C'est l'arrêt de la procession. La foule dans toute son ensemble, s'agenouille (signe de vénération) devant l'Autel qui anime le partage de la Cène. Le repas contemplatif, sacré et divin, réunie le corps de l'Église au coeur de l'unicité mystérieuse du Saint-Sacrement. Tous regardent et adorent le Roi de l'Univers dans l'Ostensoir étoilé au corps lumineux, le Saint-Père rond. ils le mangent des yeux. Leurs regards ronds, du Verbe qui fond sur leurs langues. C'est l'alliance pour la vie éternelle, L'élévation. Des prières fusent dans l'émotion sanctifiée par tant de puissance, les hommes se relèvent les premiers, des adjurations pieuses s'échappent d'un haut-parleur. Le Pain-KRISTOS réintègre son Présentoir-Mobile sous la chape brodée, la procession reprend sa marche du côté Rue Cardinal-Lemoine, puis Rue Monge où les chants se poursuivent sous l'étonnement des badeaux ou autres visiteurs affairés. Le cortège joyeux s'achève dans l'église. Jésus-seigneur incarné regagne sa maison, suivie de ses fidèles fervents qui recevrons le SALUT. ils sont Catholiques et fières !

 

FÊTE-DIEU 2011 PARIS

Repost 0
Published by the visionnaire - dans spiritualité
commenter cet article
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 15:37

le soleil

 

LE SOLEIL

 

 

KHSHNAOTRA (réjouissance) à AHURA-MAZDÂ (D. l'unique, MAZDÂO celui qui sait (le Feu). KHSHNAOTHRA :

 

Ô. Grand sempiternel soleil, flamboyant aux mille montures fulgurantes, en Ton honneur éternel. YATHÂ AHÛ VAIRYÔ !

 

1) Nous glorifions le Grand sempiternel soleil, flamboyant aux mille montures fulgurantes. Quand le soleil radieux embrase de part son éclat illuminé, alors les YAZATAS (génies) célestes sont ici par centaines de milliers. il résistent à cette lumière et la diffuse sur la terre créee par AHURA (le seigneur), pour la béatitude des Mondes, et du corps pur, pour celle du Grand sempiternel soleil, flamboyant aux mille montures fulgurantes (DRVÂSPÂN). 2) Quand le soleil se dresse, il purifie la terre créee par AHURA, il purifie les eaux circulantes, il purifie les eaux des ruisseaux et des Mers, il purifie les eaux croupies et toutes les créations bonnes qui dépendent de ÇPENTA-MAINYU (Mainyu-spénishta, l'esprit du Bien) 3) Mais lorsque le soleil ne se dresse pas, les DÉVAS exterminent tout les êtres qui résident dans les 7 KARSHVARS (Mondes) et nul YAZATA célestes, dans ce Monde matériel, n'a le pouvoir de les arrêter ni les combattres. 4) Celui-qui sacrifie au Grand sempiternel soleil, flamboyant aux mille montures fulgurantes, afin de combattre les ténèbres, afin de combattre les DÉVAS (Daêvas, les démons) obscurs et de combattre les usurpateurs, les voleurs, pour combattre les YÂTUS et les PAIRIKAS (diciples révélés par le Feu noir d'AHRIMAN (Ahrîman (AÑGRA-MAINYU, l'esprit du Mal), pour combattre l'esprit destructeur et meurtrier (ITHYÊJÔ), celui-là sacrifie à AHURA-MAZDÂ (Ahura, le seigneur) et Maz-Dâo (le grand sage), il sacrifie aux ÇPENTA-AMESCHAS (les esprits immortels bienfaisant de la nature), il sacrifie son Âmes à lui-même. il comble de réjouissance tous les YAZATRAS spirituels et terrestres celui qui sacrifie au Grand sempiternel soleil, flamboyant aux mille montures fulgurantes 5) Je veux glorifié MITHRA (lumière solaire) le Maître des étendues verdoyantes, qui a dix mille yeux et dix mille oreilles. Je veux glorifié la massue bien portée contre la tête des DÉVAS, la massue de MITHRA le Maître des vastes campagnes, je veux encenser la civilisation la meilleurs de toutes, celle qui règne entre la Lune et le Soleil. 6) En raison de leur clarté et de leur majesté, je veux l'honorer à voix-haute. Je veux honorer le Grand sempiternel soleil, flamboyant aux mille montures fulgurantes, avec le HAOMA (Hôma : plante sacré de couleur blanche, racine d'un arbuste "mystique", mélangé à l'HÔM (le lait) qui apporte le PARÂHÔM (l'immortalité) unis au BAREÇMA (le BARSOM, "objet" rituel fait de tiges d'arbre de dattier liées en faisceau avec 2 croissants de métal). Je voue culte et libations, magnificence, honneur, gloire et force au Grand sempiternel soleil, flamboyant aux mille montures fulgurantes. ASHEM VOHU ! À lui l'éclat de la puissance des actes et paroles droites.

 

VI ème YESHTS (cantiques) du petit AVESTA (khorda Vesta) . KHÔRSHÊD-YASHT (Yesht) Hvare Khshaeta (le soleil). tiré du ZEND-AVESTA (VI ème siècles avant J.C) ouvrage de ZOROASTRE (ZARATHOUSTRA) livre et textes sacrés du Peuple Zoroastriens-Mazdéens, les GUÈBES (Iran) et les PÂRSÎS (persans) de l'Inde. Les ancêtres des Rois-Mages, qui rendirent visite au MASHIA'H Jésus-CHRIST et à MARIE sa mère sont actuellement 400.000 dans le Monde.

Repost 0
Published by the visionnaire - dans spiritualité
commenter cet article
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 17:26

Les Démones

 

L'AUDACE DU SILENCE

 

La sagesse inférieure s'exila dans le chaos, ravie en secret par le goût délicieux et amère des flots laiteux qui jaillissais de la première émanation du Plérôme. Perdue sans connaissance, se lamentant sur sa perte, elle fut pris d'une grande puissance de libération en apercevant l'intellect vêtu d'une grande robe blanche, qui brûlait de désir en descendant du triple ciel, vers le royaume de la chair. il voulait communié avec les résidus ténébreux et solitaires qui séjournent  dans la poitrine des saints terrestre. Mais ceux-ci éblouis par l'éclat ambré du soleil rieur, ne le virent pas. ils entonnèrent des hymnes vibrants d'adoration à leurs propres songes, pétrifiés par la paix. L'éon femelle ACHAMÔTH, fille de SOPHIA, engendrée d'elle même, remonta dans les eaux, et se donna en mariage à la partie corruptible de l'intellect devenu le nouveau mystère parmi les vivants. Elle s'unit à l'arcane, et fut alors enceinte, par l'effervescence de l'entendement qui tournoyait dans son endroit sensible et profane. Oui, elle était grosse, pleine de rumeurs, sans beauté, remplie de deux gros sacs immondes. Ses péchés se multiplièrent, bien qu'ayant garder sa virginité. L'intellect n'étant pas supérieur dans sa cause envers les aveugles des terres du chaos, fut insensible aux tourments d'ACHAMÔTH qui se prosternait aux pieds des sciences. il prit congé de cette viande émanée et dans son ardeur, révoqua l'humilité. La fille des sagesses se détacha de lui sans tristesse. Elle laissa son indignation enfanter les deux opposées femelles. Elle dit : "j'ai chanté des oeuvres pour faire silence, chargée de mille certitudes, pour atteindre l'extérieur de l'Abîme du TARTARE, en louant la sainte pensée, pleines de gaietés pour l'instruction du Monde. j'ai dû arroser de mes yeux la terre barbare, l'ordonnant de s'incliner devant l'esprit de la vierge rédemptrice, la Mère rayonnante, m'acquittant du vœu de connaissance, sans colère je fus bonne. Mais pendant l'amour commis, je fus porter d'une éternelle et déchirante blessure, ma pureté absolue saccagé par l'intellect matériel. j'ai été trahie par cette ombre qui me fit penser. Par dégoût et force de constater le trouble des images, je demeurerai Mère des deux événements immuable : la souillure et la virginité." En s'élevant de sa chambre nuptiale, à l'aide de son terrible soupir, elle éjecta avec violence de son bas-ventre, graduellement,  les deux hypocrites éons petites enfantes femelles dans le tiers des océans, pour instruire les fidèles de l'Autel aquatique, l'univers du LÉVIATHAN. Elle fut donc marié deux fois. L'une avec l'ombre destructible et viciée du faux-intellect, et l'autre, le silence, cette pensée pure.

Repost 0
Published by the visionnaire - dans spiritualité
commenter cet article
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 14:39

L'ange d'échu

 

Ange rebelle

 

L'astre brillant est un chérubin déchu, le PHOSPHOROS de l'Aurore matinale (HÊYL'EL). Frère de l'archange MICHAËL, il fut le plus brillant et puissant des trois chefs de l'armée céleste au-dessus des sept anges de gloires. il en était (ÉLÉLÈTH) l'instructeur.  Roi du coeur de HACHEM, orné et revêtu de toute la beauté réfléchie, aux six ailes flamboyantes, radieux et digne d'éloge, celui qui resplendissait comme un unique diamant aux facettes ardentes, lui le noble miroir lumineux de HACHEM, respecté par tous les êtres célestes du plérôme et les créatures de l'univers, illuminé par la connaissance de SOPHIA, se laissa éblouir par sa magnificence. il voulut dévorer par l'accouplement, la sainte SOPHIE mère de toutes les  sagesses. Son orgueil s'achemina en vapeur vers l'envie puis la cupidité qui explosa dans une colère sans freins. Le grand luminaire désira dominer sur le fils de HACHEM ,le Machia YESHOUA. Dans son désir immonde, il reconnut l'Unique, tout en s'abîmant vers le feu des origines. Alors sa lumière s'enflammât avec toute sa troupe de chérubins brûlants (keroubim) qui perdirent leurs flammes émanées, se transformant comme des anges, entraînant son royaume de puissance vers la grande descente. Dans une fureur sans fin, il attaque avec son épée flamboyante  son frère le grand prince MICHAËL, perd sa couronne, éclat du trône de gloire, ses joyaux sont consumés, seule l'émeraude, le sommet de sa tête de lumière est sauvegardée du péché, puis propulsée avec lui dans le tourbillon cosmique des étoiles enflammées. il est alors expulsé du plérôme paradisiaque. Le miroir de HACHEM se brise, cette matière pure est contaminé par sa colère et sa rébellion, elle explose en fragments temporels. SOPHIA se retire de lui. L'abîme insondable l'engloutit. Ses Anges (son corps mystique) deviennent les démons (Daewa) de l'étang du feu obscure des entrailles de la terre qui se referment sur lui. il est prisonnier des ténèbres. SATAN est né. La nature universelle et éternelle est désarticulée en fragments divisés. Cette boue noire incandescente, la matière sale (Ha-Glumoth), composante de notre monde déchu, va remplacer le miroir originel dans lequel se réfléchissait SOPHIA la divine sagesse. L'adversaire, cette lumière du matin qui marque le renouveau de l'éclair primordial de sa chute, est devenu prince de ce monde. il porte la lumière de la division, par la connaissance entachée de sa révolte contre la raison. Père du mensonge, il en est l'accusateur.

Repost 0
Published by the visionnaire - dans spiritualité
commenter cet article
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 15:17

GABRIEL

 

LA DIRECTION

 

8) Après cela, je demandai à l'ange de paix qui marchait avec moi et me montrait tout ce qui est caché : "Quels sont ces quatre visages, que j'ai vus et dont j'ai entendu et écrit la parole ? 9) Et il me dit : "le premier est le miséricordieux et très patient MICHA'EL ( vent de l'EST ). Le second qui est préposé à toutes les maladies et à toutes les blessures des enfants des hommes, est RAPHA'EL ( vent de l'OUEST ). Le troisième, qui est préposé à toute force, est GABRI'EL ( vent du NORD ) et le quatrième, qui préside au repentir, pour l'espoir de ceux qui hériteront la vie éternelle, son nom est PHANU'EL ( vent du SUD ). 10) Ce sont là les quatre anges du seigneur des esprits et les quatre voix que j'ai entendus en ces jours.

 

HÉNOCH éthiopien ed : Chester-Beatty    Vie d'ADAM et ÈVE    Oracles SIBYLLINS    Testaments de JACOB et de SALOMON

Repost 0
Published by the visionnaire - dans spiritualité
commenter cet article
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 15:12

Les portes du ciel

 

LA COSMOGENÈSE

 

Sans commencement AÏN (néant), l'être unique remplissant tout son espace infinie en EÏN-SOF voulut se connaître. il retira toute l'intensité de sa lumière infinie, en se contractant (TSIMTSOUM) par sa volonté rigoureuse en lui-même. Cet acte diffuse sa lumière créatrice, hors de lui même, mesure de sa connaissance, miséricorde infinie. Il devint alors D. créateur, prit exil dans le premier temps de lui même, puis diminua graduellement sa lumière divine. Ces TSIMTSOUMIMS (2ème temps) successifs sont des mouvements contradictoires (HISTAQOUT) qui produisirent le TOHOU-AKOUDOUM, l'action (3ème temps) "ordonnée", l'expansion (4ème temps) du rayonnement lumineux pour faire apparaître le TÉHIROU (la matrice) et le retrait (5ème temps) de cette radiation (HITPAHTOUT) pour revenir à lui (6ème temps) son point "d'origine", émanation de son contraire (sa sœur négative l'invisible DA'ATH, la GNOSE originelle, ou gorge de SOPHIA). Le TEHIROU (la 3D) va constitué le KÉLI (réceptacle). C'est dans cet espace vide et libre (le TEHIROU 7ème temps), forme négative, qu'il reste une trace de lumière divine. Dans ce TOHOU-NEKOUDOUM (chaos) désordonné, où se forme (8ème temps) les récipients KÉLI séquentiels, un résidu de lumière, une trace, (ROCHEM) le RECHIMOU, de D. créateur, s'épaissit pour donner naissance à l'enchaînement et l'apparition des 5 mondes "physiques" la possibilité d'une existence hors de lui, L'HARICHON. Dans ce monde muet et chaotique révélateur de la première forme (9ème temps) L'ADAM HARICHON, L'EÏN-SOF fait jaillir des yeux de l'homme primordial AKDMON (10ème temps) un rayon (la KAVOD voix de SOPHIA) en ligne droite, activité volontaire cherchant à instaurer une structure unifiée, qui se développe en dix cercles concentriques, le corps d'HARICHON. Cette étape de la création est appelée, la manifestation du monde des IGOULIM dans le TOHOU-NEKOUDOUM. Ce même rayon émet le fil d'OHR (la lumière) qui rencontre le KÉLI primitif. Ainsi sont constituées les SFIROTES qui sont les "membres" de HARICHON (la 4D) l'homme debout. Ces vases sphériques, véhicules fondamentaux de la lumière divine, attributs célestes par l'intermédiaire desquels les mondes furent crées, sont mis alors à l'épreuve par le RECHIMOU. Ils se rompirent, ne pouvant contenir cette lumière trop puissante qui est alors désarticulée et éclate en étincelles (NITSOTSOT) de sainteté, dont une partie remonte dans l'espace du RECHIMOU. Les récipients explosent, c'est la brisure des vases (CHEVIRAT HA-KELIM), le désastre cosmique. Les trois première SFIROTES supérieur (KETER, 'HOKHMA, BîNAH) purent contenir la lumière du KAVOD venant de EÏN-SOF. Elles sont "alors" hors du temps. Les sept autres se brisent. Les étincelles (NITSOTSOT) restantes, non protégées par les éclats des vases, y restent collées et prisonnières dans les débris (KLIPOT). Elles sont exilées et disséminées loin de leurs sœurs. S'est la chute. Les forces du mal, (la matière) est alors constituée. Les KLIPOT sont les écorces terrestres, "l'autre côté", qui occulte le bien. La matière est un déchet mort. Par le TIQOUN (la réparation) l'homme doit brisé à son tour les écorces qui entourent, les étincelles de sainteté (NITSOUT) prisonnières à l'intérieur de chaque objets matériel, réparé la cassure, ramené les choses à leurs places. Rectifié et restauré l'ordre intégral. 

 

SEPHER HA-BAHIR Nehunya ben Ha-Kanah 1er siècle. LA PUERTA DEL CIELO (Le portail des cieux) Alonso Nunez De Herrera (Rabbi Abrahm Cohen) (1570-1635). TALMUD ESÊR SEFIROT Rabbi Yehuda Ashlag (1884-1956).

 

Adam Akdmon

L'ADAM AKDMON

Repost 0
Published by the visionnaire - dans spiritualité
commenter cet article
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 17:03

DSCF6436

 

L'ÉPOUSE DU ROI

 

SOPHIA courroucée par la manifestation des forces émanées de la rigueur, portant son vêtement répugnant constitué de KLIPOT (écorces) démoniaques, d'où surgirent les déchets de la semence ayant servie à façonner l'ADAM HAKADMON. La mère furieuse et errante est entourée de LILITH la nocturne, fiancée de SAMAËL le poison supérieur, et NOHÉMA mère des démons, sœur de TUBAL-CAÏN. Cette triade inférieure de L'arbre, s'assemble dans l'autre-côté. elles sont la face informe de la SHEKHINAH fulminante, la matière d'en-bas déchaînée, emprisonnant dans ses coquilles abjectes, La lumière divine rayonnante du plérôme, conséquence de la rébellion du démiurge, YALDABAÔTH créateur et gouverneur du monde, contre L'EÏN SOF le D. voilé et inconnu (agnostos-théos). La flamme étincelante de la mariée, circule parmi le sang animal passionnel du cœur des hommes moyens, en eaux troubles. L'épouse loin de son Roi, la SITRA AHRALA obscure et resplendissante, saisie par la voix de l'ange libérateur, la pneuma supérieur (ROUAKH HAKODESH), penche légèrement sa "tête". Démente elle est MAL'HOUT perdue Au-dedans du vent de tempête.

 

Exode XXV,8  Isaïe XXX,IV,14  Zohar I 16a I 9-19-55  III 76, PISTIS SOPHIA (la foi de Sophia) ou LES LIVRES DU SAUVEUR (n-teukhos mp-sôtêr) 330 après J-C, DE ARTE CABALISTICA Johannes Reuchlin (1455-1522), HYPOTASE DES ARCHONTES 4t codex II Nag Hammadi 1 siècle, KOUTRES NE'IM ZEMIROT YISRAEL et LIMMUDË AZILUT Israël Sarug Ashkénazes (1590-1610). EÏN-SOF

 

Repost 0
Published by the visionnaire - dans spiritualité
commenter cet article
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 20:48

l'étoile flamboyante 

 

PRIÈRE D'ACTION DE GRÂCES

 

Voila la prière qu'ils ont prononcé :

 

1) "Nous Te rendons grâces, nous, Toutes les âmes, et notre amour est tendu vers Toi. Ô Nom que n'arrête nul contrainte, glorifié du Titre de D. et loué du Titre du père !  2) Puisque, vers chacun et vers la Totalité s'étend l'affabilité du père, son affection, sa bienveillance, et comme enseignement Tout ce qu'il y a de délicat, et de clair, qui nous procure en grâce, l'intellect, l'allocution, la GNOSE : l'intellect pour que nous Te réalisons, l'allocution pour que Noûs nous fassions tes interprètes, la GNOSE, pour que nous apprenions à Te connaître.  3) Noûs nous réjouissons d'avoir été illuminés par Ta GNOSE. Noûs nous réjouissons parce que Tu t'es manifesté à nous . Noûs nous réjouissons parce que ,dans ce corps ou nous sommes, Tu nous as déifiés par Ta GNOSE.  4) L'humaine action de grâces arrivant jusqu'à Toi, n'a qu'une seule finalité : apprendre à Te connaître. Noûs T'avons connu,  Ô Lumière de l'intellect !  Ô Vie de la vie, nous T'avons connu !  Ô Matrice de toute semence, nous T'avons connue !  Ô Matrice fécondée par l'ascendance du père, Noûs T'avons connue !  Ô étendue perpétuelle du père qui enfante !  5) Ainsi adorant Ta bienveillance Nous n'avons qu'un seul souhait à Te présenté : Nous voulons être préservés dans la GNOSE ! Nous ne voulons que cet unique salut : ne pas déchoir de ce genre de vie !"

 

Après que cette prière fut dite, ils s'embrassèrent les uns et les autres et allèrent manger leur nourriture qui était pure et ne contenait pas de sang.

 

CODEX XVI,7 NAG-HAMMADI traduit du copte.

Repost 0
Published by the visionnaire - dans spiritualité
commenter cet article
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 15:57

gnose

 

LES NÉO-GNOSTIQUES

 

Réédition intégrale en Fac-similé des articles publiés dans LA GNOSE (1909-1912) Organe officiel de l'église Gnostique Universelle, puis devenue la Revue Mensuelle Consacrée à L'étude des Sciences Ésotérique. Son directeur est René-Jean-marie Joseph GUÉNON (1886-1951) écrivain ésotériste réactionnaire Français ( Introduction générale à l'étude des doctrines HINDOUES, La crise du monde Moderne, Le règne de la quantité et les signes des temps, initié à L'ADVAÏTA VÉDANTA, il finiras soufi, y prône une délivrance universelles par une triple doctrine révélée, de nature non-individuelle, La métaphysique, La tradition et Le symbolisme, opéré par un rituel initiatique de spiritualité orientale de la tradition primordiale reliée à une connaissance supérieur, contre la dégénérescence du monde Moderne.) ,habitué des loges Maçonniques et autres "ordres" du PARIS 1900, fût Tau "évêque" d'Alexandrie de L'église GNOSTIQUE fondé par un membre du GRAND-ORIENT Jules-Benoît Stanislas DOINEL du Val-Michel (1842-1903), signe de son pseudonyme mystique PALINGENIUS, des articles sur le "Démiurge" et autres symbolisme de la croix. On y trouve aussi, un chant des adeptes d'ISIS ou se mêles, l'égalité, la patrie, et la république (Hymne Maçonnique), le "mode-d'emploi" du curieux ARCHÉOMÈTRE de Joseph Alexandre SAINT-YVES D'ALVEYDRE (1842-1909), qui est une clef de toutes les religions et de toutes les Sciences de l'antiquité, Réforme synthétique de tous les Arts contemporains (déjà): Une espèce de disque en planisphère-astrologique, au langage cosmologique(il y a un alphabet ADAMIQUE) divisé en 360º, possédant des écussons de 12 lettres morphologiques dit "VATTA" avec ses zones musicales, planétaires, Astrals, marquée d'une étoile hexagonale qui définit les solstices,Etc....Un RUBIK'S CUBE occulte mais sphérique, de quoi s'occuper pour les longues soirée d'hivers, quand on n'a pas internet chez soi. Et parmi les nombreux textes de cette défunte Revue, un catéchèse gnostique publiée par Mandement de sa Grâce le Patriarche (hé-oui!) et par L'ORDRE du Très-Haut Synode (si-si!). De cette soupe gnosticiste René GUÉNON lui même, dira après la faillite de cette revue faute d'abonnés, "Les NÉO-GNOSTIQUES n'ont jamais rien reçu par transmission quelconque, et il s'agit que d'un essai de reconstitution d'après des documents, d'ailleurs bien fragmentaires qui sont à la portée de tout le monde". Original et Singulier, aux éditions de l'homme libre, 736 pages.

 

René GUÉNON

René GUENON

Repost 0
Published by the visionnaire - dans spiritualité
commenter cet article
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 18:32

le serpent

 

NAHASH 

 

 

HaChem dit à Moïse qu'ya t-il dans Ta main? Il répondit : une verge. HaChem dit : jette-la par terre. Il le jeta par terre,et devint un serpent. Moïse fuyait devant lui. HaChem dit à moïse : étend Ta main,saisis-le par la queue. Il étendit la main et le saisit. Le serpent redevint une verge dans sa main. (Sepher Shemot IV 4,4 )

 

"Moi,la sagesse j'habite la ruse et je découvre la Connaissance des projets" ( Prov 25.2 )

 

HaChem envoya contre le peuple des serpents brûlants. ils mordirent le peuple,et il mourrut beaucoup de gens en Israël. Le peuple vint à Moïse,et dit : Nous avons Péché,car nous avons parlé contre D. et contre Toi. Intercède auprès de D. afin qu'il éloigne de nous ces serpents. Moïse pria pour le peuple et HaChem lui répondit : Fais-Toi un serpent brûlant,et place-le sur une perche,quiconque aura été mordu,et le regardera,conservera la vie. Moïse fit un serpent d'airain,et le plaça sur une perche,et quiconque avait été mordu par un serpent,et regardait le serpent d'airain,conservait la vie. (Sefer Bemidbar XX 4,9)

 

"Pourquoi t'es-tu attiré dans le paradis du vieux serpent ? Pourquoi T'es-Tu glissé dans Toi-même,dans Toi-même ?"  

Friedrich Nietzsche (Ecce homo).

Repost 0
Published by the visionnaire - dans spiritualité
commenter cet article

Présentation

  • : the visionnaire
  •  the visionnaire
  • : Arts et Mystères initiatiques
  • Contact

Recherche