Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 15:15

Hors Satan (2011)

 

LE PARIA

 

Un gars au visage buriné, une sorte d'ermite-vagabond, vise avec une carabine de chasse, une alouette d'eau en vol stationnaire entre un ciel chargé de nuages et une terre sableuse inondée d'une lumière grise et froide, puis, d'un coup fait feu. Notre regard dirigé par le sien s'achemine sur le véritable destinataire du tir meurtrier : un chevreuil, qui agonise de sa blessure est achevé par l'étrange et taciturne marginal. Une fille (Alexandra LEMATRE) à la peau opaline, au visage blafarde sous ses cheveux noir corbeau, l'insulte. Le type (David DEWAELE) au regard louche fixée comme une vipère, c'est : SATAN, le messager accusateur qui assassine son ennemi le chevreuil (symbole de grâce salvatrice) en épargnant l'alouette des eaux et son chant de joie et d'amour. il contemple la nature environnante des terres sauvages balayées par le sifflement du vent des campagnes dont il est le Maître, le seigneur des lieux, son royaume. Le couple tordu s'agenouillent devant le soleil couchant qui inonde de sa lumière orangée la plaine des marais baignées de brumes, leurs visages se confondent avec le paysage majestueux, les mains jointent à la manière d'une prière, pour mieux admirer la symbiose des éléments naturels, tel l'harmonie composition d'un tableau impressionniste. Le gitan maléfique tue aussi les gens, comme le beau-père violeur de la fille. il frappe à coup de bâton le crâne d'un de ses prétendants empressé, dort en plein air à côté d'un amas de ruine où il entretien un feu. il prie cette nature verdoyante et son horizon sensationnel. Mais ce braconnier du DIABLE est aussi à ses heures, un rebouteux pratiquant l'exorcisme sur une petite fille apparemment possédée et immobilisée par une paralysie sexuelle. De son regard, de ses mains, sa bouche, il fait éclore et surgir le mal, cette vilenie noirceur qui emprisonne l'humain, la peur, dans un déchaînement d'animalité. il est le tentateur et l'expulser de l'intérieur des gosiers et l'explorateur des basses fosses. il se fait l'ange-gardien de la fille triste qui ne ressent plus rien et l'invite à franchir des passerelles sur les dunes, un sentier dans les bois, des chemins et des pont qui traversent les étangs au milieu du feu des enfers où elle réside dans sa révoltante solitude de son coeur brisé. Le gars lui refuse son amour (le chevreuil est aussi une figure de la fécondité sexuelle) et l'engage à devenir une Sainte-fille apaisée et guérie de son humiliation contre-nature, sortir de son long sommeil au linceul blanc : le cauchemar du crime. C'est le miracle ressuscité sous les yeux stupéfaits de sa mère désolée (Valérie MESTDAGH). La fille triste c'est la Nature violée sur son territoire, la rupture de son équilibre par la possession absolue vers la révélation de l'essence divine. Le DEMON qui hante les marais y rencontrera sur la route, son semblable, son double féminin, en la routarde moche (Aurore BROUTIN) pour un ébat purificateur. HORS SATAN (2011) présenté a Cannes (06) pour un certain regard en sélection officielle est le 6ème long métrage du réalisateur français BRUNO DUMONT (inspiré de l'univers de l'écrivain Georges BERNANOS (1888-1948) après le coup de tonnerre "mystique" dans le coeur d'HADEWIJCH (2009), puis FLANDRES (2006) avec BARBE l'humaine, Grand prix du festival de Cannes de la même année, TWENTYNIME PALMS (2003) ou le supplice de DAVID au désert, L'HUMANITÉ (1999) grand prix du jury, prix d'interprétation féminin et masculin à Cannes (encore), le regard puissant du lieutenant de police PHARAON de WINTER sur JOSEPH et la fille DOMINO, le très bon LA VIE DE JÉSUS (1997) la séduction de MARIE. Le film de l'ancien professeur de philosophie est rugueux et difficile d'accès, d'une lenteur incroyable et immobile, d'une très grande beauté, aux images hyper-panoramiques en format 2,35 (cinémascope) plans très larges, sans musiques, bourrer de prises de sons directes et naturels qui vous envahissent les sens, jouer par des acteurs puissamment viscérales, tourné dans le boulonnais Nord-Pas-De-Calais (près de Boulogne-Sur-Mer) autour de la commune d'AMBLETEUSE (62) vers la Côte-d'Opale, sur un site naturel et protégé magnifique au bord de la MANCHE. Un film simple et sans message, quand on lui retire le nom de son titre, qui alors nous place dans le rôle de son héros justicier : la méditation sur la nature rayonnante. Une expérience de cinéma radicale, et comme l'indique son réalisateur : "le cinéma permet de laisser percevoir ce qu'il y a de divin chez les humains et de l'éprouver". Un mystère. 

Partager cet article

Repost 0
Published by the visionnaire - dans cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : the visionnaire
  •  the visionnaire
  • : Arts et Mystères initiatiques
  • Contact

Recherche